Des Alternatives Zéro Déchet aux Cosmétiques Traditionnels

Bonjour à toutes et à tous !!


Ravie de vous retrouver pour vous parler d’un sujet cher aux « zdistes » : les cosmétiques !!!


En effet, lorsque l’on commence à amorcer des changements dans sa vie vers des habitudes plus écoresponsables, la question des cosmétiques se pose assez tôt. Pour certains, c’est même le déclencheur de la démarche.


Naissance de bébé, problème de réactions cutanées, peaux atopiques, crises d’eczéma... autant de sujets qui peuvent amener à réfléchir sur notre consommation de cosmétiques et lorsqu’on cherche à savoir ce qu’on se met exactement sur le corps, le visage ou dans la bouche, il faut bien s’accrocher ou être devin pour comprendre les listes d’ingrédients et leurs potentiels allergènes...


Bref, pas facile de s’y retrouver !!


Faire ses propres produits cosmétiques ou les acheter ?


Pour ma part, j’ai une peau très réactive. Après une séance chez l’allergologue, il s’avère que je suis « allergique à rien, mais réactive à tout » ! Une situation formidable qui me compliquait énormément la tâche pour le choix de mes produits.

Impossible pour moi par exemple de mettre du parfum à même la peau. En fait, il s’est avéré que c’était vrai pour tout produit contenant de l’alcool, autant dire la plupart des déodorants à une certaine époque, mais aussi pas mal de soins pour le visage.

De plus, ma peau atopique n’a jamais trop aimé l’utilisation intensive de certains gels douches qui asséchaient ma peau et me créaient des démangeaisons... Autant dire qu’avant même d’être sur le chemin du zéro déchet, je ne prenais pas n’importe quoi et bien souvent je me suis rabattue vers des produits assez chers en pharmacie.


Finalement, mes besoins en cosmétiques n’ont pas entrainé ma démarche ZD, mais c’est en commençant cette transition que je me suis aperçue que je pouvais revenir à des basiques avec des produits simples et sains.


Même si j’apprécie la plupart des activités de DIY, j’avoue que je ne prends pas toujours le temps de préparer moi-même tous mes cosmétiques. Et puis, ce qui me gêne avec beaucoup de recettes que l’on peut trouver sur le Net, c’est la liste d’ingrédients très spécifiques qu’on ne trouve pas en vrac à côté de chez soi.

Faire ses produits maison en achetant plein de produits en bouteille ou en sachet plastique sur Internet ? Je trouve ça un peu contre-productif... mais j’ai quand même quelques recettes très simples que je partagerai plus loin.


Alors quels sont mes choix finalement ?


Eh bien, j’ai testé pas mal de marques dites zéro déchet avec des fois des succès, et d’autres fois des désillusions. Je vais en citer quelques-unes que j’ai testées, mais avant, je voulais que vous sachiez que si cette solution ne m’a pas convenue, ça ne remet pas en question la composition des produits, ni leur impact positif. Les cosmétiques, c’est très personnel et leur appréciation ou non dépend de plein de facteurs.

De plus, je ne touche aucune commission sur leurs ventes et ne les sponsorise pas. C’est juste que ce sont des solutions sur lesquelles je suis tombée, que j’ai (ou pas) testées, et qui méritent d’être partagées.

N’hésitez pas, si vous aussi vous avez essayé ces produits, à me dire si et pourquoi vous les avez aimés ?


Les alternatives zéro déchet des cosmétiques: autour de la baignoire


Alternatives aux gels douches :


Alors je ne vous apprendrai certainement rien si je vous dis que rien ne vaut un bon savon !

Mais encore faut-il bien le choisir !

Personnellement, c’est en visitant une savonnerie artisanale dans le Sud de la France que je me suis décidée à troquer mes bouteilles de gel douche (sans savon, spécial peau atopique !) pour un pain de savon de Marseille. Le vrai !

Passé la surprise du parfum très typique, je me suis dit pourquoi pas ? et j’avoue que finalement, c’est une solution super économique qui me convient bien...


J’ai opté pour le Marius Fabre car la savonnerie est facile d’accès pour moi qui n’habite pas très loin, et je fais mon plein 1 fois par an pour pouvoir gérer la lessive, le produit vaisselle et le savon... tout ça avec un seul et même produit.


Il m’arrive parfois de tomber sur des savonniers locaux qui sont très transparents sur la composition de leurs produits, surtout lorsque je suis en vacances ou dans des salons bien-être. Je me laisse alors tenter par les savons spéciaux pour les peaux sèches et « à problème ». Jusque-là, je n’ai pas été déçue et ma peau n’a jamais « mal réagi». Je dois être chanceuse... par contre, je choisis toujours ceux sans parfum, car maintenant, les fortes odeurs dans les cosmétiques m’incommodent énormément.

Parmi les marques essayées et validées, il y a le savon Comme Avant et Louise Emoi. Plusieurs personnes m’ont également offert des savons artisanaux qu’ils connaissaient, et j’ai eu d’agréables surprises.



Photo: différents type de savons


J’avoue par contre que je suis la seule de la famille à avoir adopté le savon en pain. Mes enfants n’aiment pas le manipuler, alors plutôt que de leur imposer dans les cris et les pleurs, j’ai opté pour une solution intermédiaire. Je remplis mon vieux flacon pompe avec un gel douche Bio au magasin de vrac en bas de chez moi. Vu le temps que dure la bouteille, je devrais sûrement me pencher sur la régularité du lavage de mes enfants...


Photo: gel douche en vrac dans son flacon de transport et dans un flacon pompe de récupération


En résumé :

Alternatives au gel douche :

- Pain de savon

- Gel douche en vrac


Alternatives aux shampooings :


J’aimerais me mettre au no poo, mais j’ai encore des barrières psychologiques à passer. Pour avoir vu des posts d’adeptes sur les RS et discuté avec une fille qui était dans cette démarche depuis plusieurs années avec une chevelure magnifique, j’avoue qu’il faudra bien que je tente un jour... en attendant, je suis au shampooing solide !


Là encore, plein de marques possibles, mais il est vrai qu’il faut quelques semaines pour que vos cheveux s’adaptent et tous les shampooings ne conviennent pas à tout le monde. Il faut parfois en tester plusieurs.

Pour ma part, j’ai assez vite trouvé MON shampooing solide. C’est le Pachamamaï pour les cheveux normaux. J’aime l’odeur très discrète, la forme qui me permet d’aller jusqu’au bout sans en perdre, la mousse en quantité suffisante qu’il produit et mes cheveux ne sont ni plus secs, ni plus gras...

Par contre, je continue de faire des shampooings tous les 3 jours. Impossible pour moi d’aller en dessous sans avoir la tête qui me gratte (ce qui était déjà le cas avec les shampooings liquides).


J’avais testé d’autres marques : Lamazuna – je n’arrive pas à prendre le shampooing bien en main et je n’aime pas les cosmétiques qui imitent des confiseries – et une autre marque trouvée en magasin bio où les shampooing ont une forme de doonut emballés avec du plastique (et la forme doonut fait que le shampooing se casse facilement). Ce n’était pas forcément un succès pour moi, mais pourquoi pas ? J’ai même vu que certaines marques de shampooings de la grande distribution s’y était mis. Je n’ai pas eu le temps de regarder les compositions, alors, c’est à prendre avec prudence...


Photo: quelques shampooings solides de différentes marques


Une petite astuce pour utiliser les shampooing et savon jusqu’au bout. Souvent, c’est compliqué d’utiliser les petites chutes. Vous pouvez alors utiliser un vieux bas ou collant. Vous mettez toutes vos chutes dedans, et vous appliquez tel quel.

Il existe aussi des petites pochettes spéciales « chutes » – on m’en a offert une pour mon anniversaire – très jolies et pratiques pour aller jusqu’au « bout du bout » des savons et shampooings solides.


Encore une fois, mes enfants font de la résistance avec le shampooing solide. Il faut dire que ma fille a des cheveux à la Raiponce et qu’à 14 ans, on préfère que « ça aille vite ».

Alors même chose que pour le gel douche, j’achète en vrac du shampooing liquide certifié Bio (et qui est local en plus!). J’utilise 2 contenants trouvés à l’épicerie pour pouvoir recharger avant que le premier ne soit vide. On peut bien évidemment réutiliser des anciennes bouteilles de shampooing pour les remplir avec du vrac.


Photo: nos deux bouteilles de shampooing bio en vrac


Une solution que je n’ai jamais envisagée, mais qui existe cependant ce sont les shampooings secs. J’ai vu passer pas mal de recettes très simples à base de maïzena notamment. Je ne donnerai aucun avis car je n’ai pas testé. Et vous ? des retours ?


En résumé :

Alternatives au shampooing :

- No poo pour les plus courageux

- Shampooing solide

- Shampooing sec

- Shampooing en vrac



Alternatives à l’après shampooing


Alors là, ce n’est en aucun cas une obligation. Personnellement, je n’en utilise pas car je n’en ai pas besoin. À la maison, seule ma fille a besoin d’un produit démêlant pour ne pas avoir à se battre avec sa brosse après son shampooing.


J’avoue que je pêche un peu...

Je n’ai pas d’après-shampooing en vrac à ma boutique et mademoiselle n’est pas tentée par mes solutions alternatives... car oui ! il en existe bien quelques-unes.


Le vinaigre de cidre par exemple. Utilisé au rinçage après le shampooing, il ne laisserait aucune odeur et rendrait les cheveux plus brillants.

J’ai également vu passer des recettes à base d’avoine. Très simple car il suffirait de mélanger de l’avoine et de l’eau, de faire chauffer pour obtenir une sorte de crème qui agit comme un après-shampooing.

Je l’ai proposé à ma fille, mais vue sa tête, j’ai finalement renoncé... Elle n’est pas très joueuse.


Pour elle, je reste sur un après-shampooing classique de supermarché pas trop mal noté sur Yuka. Elle n’en met pas à chaque fois et donc ne fait pas une consommation excessive, mais bon... j’ai encore du boulot pour la convaincre d’essayer autre chose.


Il existe aussi des après-shampooings solides, sur le même principe que le shampooing solide. Quelques marques sont disponibles chez mon épicier.

Sinon, sur un salon du vrac, j’ai rencontré les commerciaux de La Savonnerie du Nouveau Monde. Ils proposent des soins – pas forcément à but démêlant – qui se présentent sous la forme d’un cube à mélanger avec de l’eau. Ça s’appelle Cocoriz et, comme son nom l’indique, c’est à base de poudre de riz...

J’en ai 2 pour tester. Un pour moi, un pour ma fille... Promis, je vous dirai si c’est bien.


Photo: l'après-shampooing traditionnel et le soin Cocoriz


En résumé :

Alternatives à l’après-shampooing

- Après-shampooing solide

- Vinaigre de cidre

- « crème » d’avoine

- Après-shampooing en vrac (si, si, ça doit exister quelque part)

- Soin à diluer type Cocoriz


Les alternatives zéro déchet des cosmétiques: autour du lavabo


Alternatives au dentifrice


Alors là, il a fallu que je cherche un moment !

Très habituée au Col*** ou autre Si***, et surtout à la mousse qu’ils dispensent, j’ai été bien malheureuse devant tous ces dentifrices solides qui ne font pas le même effet.


Il y a pourtant une belle panoplie de marques qui proposent des alternatives. Personnellement, j’ai testé sans succès le Lamazuna format sucette (je repeins mon miroir à chaque utilisation) et le Candiz de Pachamamaï (où j’ai l’impression de ne rien avoir du tout) ... Finalement, la 3ème tentative a été la bonne, même s’il a fallu un temps d’adaptation.

Je suis finalement adepte du dentifrice en poudre de Comme Avant (avec un faible pour le mentholé) à base de siwak. Pas de grande mousse dans la bouche, mais l’impression d’un brossage efficace et un bon goût dans la bouche qui dure.


Photo: quelques alternatives au dentifrice traditionnel


J’avoue qu’il m’arrive encore de regretter mon bon vieux tube de pâte mais côté déchet, le Comme Avant est top car je le trouve en vrac et je n’ai qu’à recharger mon pot (toujours le même depuis le premier achat il y a 2ans).


D’autres solutions existent, mais je n’ai pas testé. Cozie propose du dentifrice gel qui mousse en vrac dans un emballage consigné, mais on ne le trouve pas encore partout, et Paos propose le dentifrice sous forme de pastilles à croquer qui deviennent comme un dentifrice « classique » quand il est dans la bouche. Avez-vous déjà tenté ?


Après, il vous reste le DIY. Il parait qu’il y a plein de recettes très simples avec 2 grands « mouvements » : la team argile et la team bicarbonate.

Je dirais juste de faire très attention avec le bicarbonate qui est connu pour décaper les dents et ne pas convenir à tout le monde, sinon, si vous voulez partager vos bonnes recettes, faites-vous plaisir en commentaires...


En résumé :

Alternatives au dentifrice :

- Dentifrice solide

- Dentifrice poudre

- Dentifrice en vrac

- Pastille dentifrice


Alternatives aux brosses à dents

Puisqu’on en est au dentifrice, autant parler brosse à dents. Ok, est-ce que ça fait partie des cosmétiques ? j’extrapole un peu c’est vrai, mais la question est vraiment pertinente dès qu’on revient à la base, c’est-à-dire au zéro déchet et comment réduire son impact dans la salle de bain.


Parce que c’est vrai que ça en fait du déchet plastique toutes ces brosses !!!


Je ne sais pas avec quelle régularité vous changez de brosse, mais chez moi, c’est tous les 2mois et demi environ, ce qui fait presque 5 brosses par an. Si on m’indique une solution pour l’éviter, alors je prends.


J’ai testé plusieurs marques de brosse à dents en bambou, certaines avec succès (Brush with Bamboo), d’autres pas du tout (et là, je n’ai plus la marque tellement elle est allée vite à la poubelle). Sur celle qui n’allait pas, je me suis retrouvée au bout de 3 ou 4 lavages avec les poils coincés entre les dents... Et une fois que 2 ou 3 poils se barrent, ben le reste ne tarde pas à suivre !


Dommage que je ne me souvienne pas de la marque, je leur aurais fait de la pub. Ceci dit, il commence à y avoir beaucoup de concurrence sur la brosse à dents en bambou et j’ai fini par me demander si elle était vraiment si écologique que ça...


Le bambou ne vient pas de France, et les brosses à dents ne sont pas faites en France non plus. Pourquoi le bambou d’ailleurs ? je ne me vois pas mettre ma brosse en bois au composteur et à part avoir un broyeur pour déchets verts, je vois mal comment ma brosse en bambou va être revalorisée. Alors quelle solution ?


Eh bien moi je me suis tournée vers la brosse à dents à tête changeable de Lamazuna. Pas de bambou, on reste sur du plastique, mais à la différence d’une brosse traditionnelle, lorsque les poils partent dans tous les sens et qu’il est temps d’en changer, on ne peut remplacer que la tête et garder le manche.

Les têtes existent d’ailleurs en 2 qualités : souple et médium, et on peut les renvoyer à Lamazuna pour qu’ils s’occupent de les recycler (Comment ? ça c’est un mystère !).


J’ai la mienne depuis près de 2ans maintenant. J’ai toujours le manche de départ et je pense qu’il va me durer encore un moment. Je passe le manche au lave-vaisselle avant de remettre une tête neuve histoire qu’elle soit récurée de tous les côtés.


Les têtes, je les trouve dans plusieurs boutiques autour de chez moi, principalement des magasins bio et épiceries vrac. Je n’ai pas encore tenté l’expérience du renvoi des têtes, mais vu que je les accumule depuis un moment, je vais y songer prochainement. La brosse, comme les têtes sont très « basiques », pas de picots gratte-langue, ou de frotte-gencive. Le manche rond m’a beaucoup déconcertée au départ, et puis on s’y fait très bien.


Alors, oui, ça reste du plastique... si j’avais connu la marque Caliquo avant la mienne, j’aurais sûrement opté pour cette marque française de brosse à tête rechargeable avec un corps en bois issu de forêts françaises, mais bon, je vais aller au bout du bout de ma brosse à dents plastique tant qu’elle le peut et après, j’aviserai.


Photo: ma brosse à dents et ses recharges


Je n’ai pas de pour ou contre les brosses à dents électriques. Certains dentistes les recommandent, mais pour moi, c’est source de pannes supplémentaires et pas nécessaire, même si seules les têtes se changent ici.


Mes enfants font encore de la résistance sur le sujet. Il faut dire qu’ils sont tous les 2 « bagués » et que l’orthodontiste a insisté sur le brossage régulier avec des brosses adaptées et des petites brossettes qui vont entre les bagues. C’est suffisamment casse-pied pour que je les laisse tranquilles au moins jusqu’à ce qu’ils ne soient plus appareillés.


En résumé :

Alternative à la brosse à dents

- Brosse à dents à tête changeable


Alternatives au déodorant


Dans ce domaine, nous n’avons que l’embarras du choix... et pourtant... pourtant, je trouve que c’est très compliqué de trouver LE bon déo. Trop agressif, qui tâche trop, emballage cracra... rien n’est jamais simple pour moi en matière de déo et je l’avoue (houhou !) je n’ai toujours pas changé...


Il faut dire qu’avant j’avais une « perle ». J’utilise le déo en stick Sanex. Certains vont rire, je le sens déjà d’ici, mais j’ai acheté mes 2 sticks il y a des années... et quand je dis des années... Je crois que le 2ème, je l’ai pris quand je faisais du karaté pour l’avoir dans mon sac de sport et c’était en 2013 ! Le premier date d’avant cela et est toujours là.

Il est super bien noté sur Yuka, il est efficace et donc super économique (je vous assure que j’en mets tous les jours !) ... Moi je dis, tant qu’il m’en reste...

Avec le format stick, on est aussi loin des bombes aérosols qui remplissent les poubelles et dont les compositions ne sont pas toujours reluisantes. Certes le stick est en plastique, mais 2 depuis 2013 (ou 2011, ou 2009), je ne pense pas être la pire source de pollution en matière de déo.


Ce n’est pas pour autant que je n’ai rien testé d’autre. Je me suis dit qu’il fallait que je cherche dès à présent le futur remplaçant, mais j’avoue être bien déçue.


J’ai d’abord essayé le deo DIY avec cire d’abeille, maïzena, bicarbonate, huile de coco et HE palmarosa ou tea tree. C’est un déo solide, mais pour moi tellement solide que je ne peux pas l’appliquer... S’il faut le chauffer à chaque fois, ça perd un peu son intérêt.


J’ai testé aussi les 2 déo de chez Comme Avant. Si le premier au bicarbonate ne me convient pas (il fait des tâches partout et est trop agressif pour ma peau sensible), le 2ème est déjà mieux pensé, mais j’ai toujours du mal à le mettre car il reste pour moi trop solide. C’est bête car le packaging rechargeable et recyclable est plutôt cool, la composition saine et il n’a pas trop d’odeur. Tout ce que j’aime... mais je n’arrive pas à lâcher Sanex pour lui encore...


Photo: quelques déodorants ZD... et le mien!


Sinon, le deo, vous pouvez le trouver sous forme de crème, de solide, de gel... J’ai même un échantillon sans nom issu du salon du vrac à tester sous forme de crème.

Vous avez plein de marques Nuud, Respire, Lamazuna, Les Petits Prodiges... Je suis sûre que leur compo est nickel, reste pour vous à choisir le packaging et surtout la facilité à le trouver qui est pour moi un argument essentiel.


Et puis, vous avez tout simplement la pierre d’alun connue depuis des lustres et qui serait aussi très efficace.


En résumé :

Alternatives au déodorant :

- Deo DIY

- Déo solide

- Déo crème

- Déo rechargeable

- Pierre d’alun

Les alternatives zéro déchet des cosmétiques: le visage


Alternatives aux lotions toniques


Je dis lotion tonique, mais en fait ça pourrait être aussi les eaux micellaires.


Sur ce point, je me dis que j’ai de la chance, car je connais sur Aix une petite boutique (Aromaix pour ne pas la nommer) qui fait beaucoup de produits cosmétiques en vrac. On y trouve toutes sortes d’eaux florales, et pour moi, elles sont bien plus « clean » et tout aussi efficaces qu’une lotion tonique à 15 ingrédients (dont souvent de l’alcool) dont les ¾ sont inconnus et potentiellement nocifs.

Bon, je noircis peut-être le tableau, mais j’avoue que pour moi qui recherche avant tout la fraicheur pour ce type de lotion, je trouve mon bonheur dans l’eau de fleur d’oranger.


Cette eau, je l’utilise pour ma routine du matin : eau florale sur lingette lavable passée délicatement sur le visage et le contour des yeux pour enlever toutes les petites « mistouffles » et décongestionner les yeux. Ensuite, c’est nettoyage au savon (avec le savon de Marseille ou celui du moment). J’essuie délicatement et crème hydratante. Fin de la routine.


Photo: mon eau florale mise dans un flacon pompe de récupération


Sur certains sites Internet, vous allez trouver des tonnes de recettes d’eau micellaire aux vertus diverses. Personnellement, je n’ai rien contre, mais si c’est pour acheter 10 ingrédients dans des bouteilles plastiques et faire un produit aussi efficace que de l’eau florale seule, je n’y vois pas l’intérêt ni en temps, ni en argent, ni en efficacité, ni en quantité de déchets.


Alors pour moi, c’est l’eau florale du moment – mais souvent fleur d’oranger – achetée en vrac et mise dans un flacon pompe pour plus de facilité d’utilisation.

Et on me souffle dans l’oreillette que faire des eaux florales peut aussi être très simple... Si vous avez testé, vous pouvez partager...


En résumé :

Alternative à la lotion tonique :

- Eau florale si possible en vrac


Alternative au démaquillant :


Chez beaucoup de gens, le démaquillant est THE produit impossible à remplacer. Moi je triche, je ne me maquille que très peu. Du coup, les solutions que j’ai testées me conviennent, mais je ne sais pas si ce sera aussi efficace sur du mascara ou du rouge à lèvre.


Il existe plein de possibilités zéro déchet. Le démaquillant solide est sûrement la solution ZD la plus répandue. Je sais qu’il existe aussi des gants spéciaux qui démaquillent sans produit (des marques à suggérer ?). Il y a aussi la solution Cozie avec un démaquillant sain sous forme de lait.

Je suis sûre que ce ne sont pas les seules possibilités, ni les seules marques.


Pour ma part, le démaquillant est un produit que je fais moi-même en 5 minutes avec 3 ou 4 ingrédients. Allez, je vais être gentille et vous donner ma recette.


Mélanger dans un vaporisateur 150mL : 25mL de gel d’Aloe Vera, 15g d’huile végétale adaptée à votre type de peau (moi, j’utilise l’amande douce ou le moringa), 10g d’huile de ricin ou jojoba (le ricin fortifie les cils) et quelques gouttes de cosgard. Secouez avant chaque utilisation pour mélanger les phases entre elles. Utilisez avec vos lingettes lavables (Green Paulette par exemple !)


Le cosgard est un conservateur. On peut faire le démaquillant sans, mais il faudra l’utiliser dans les 3 semaines. Autant dire que si vous êtes comme moi, pas une grande consommatrice du produit, il vaut mieux diminuer les quantités.


Photo: les ingrédients - huile et aloe Vera - pour mon démaquillant maison


J’ai vu aussi beaucoup de posts sur les RS de personnes qui n’utilisent qu’une huile végétal comme démaquillant. Huile d’olive, huile d’avocat, huile de coco... Moi je préfère le mélange avec l’aloe qui me permet de contrebalancer l’effet « gras » de l’huile seule. Après, si c’est juste l’effet « démaquillant » qu’on cherche, l’huile seule peut suffire.


En résumé :

Alternatives au démaquillant :

- Démaquillant solide

- Démaquillants en vrac (type Cozie)

- Huile végétale

- Gants démaquillants


Alternative aux crèmes hydratantes :


Là encore, ma peau atopique avait beaucoup de mal à s’adapter aux produits du commerce. J’ai souvent fait des réactions avant de m’arrêter sur une crème spécifique qu’on trouve en pharmacie.


Finalement, mon retour aux basiques m’a orienté vers le beurre de karité. Je le trouve bio, en vrac chez Aromaix, mais aussi chez certaines épiceries de vrac (Day by Day Marseille par exemple).

Au départ, je l’utilisais pur directement sur la peau, mais il est parfois un peu coriace à étaler surtout quand il est non « travaillé ». Je ne me badigeonne pas tous les jours le corps de crème, mais rien que les quelques fois où j’ai essayé de mettre le beurre de karité directement sur mes jambes, j’ai tellement galéré que ça m’a découragé.


J’ai donc cherché une solution en DIY et je ne suis pas allée très loin. Je fais ma chantilly de karité. C’est super agréable comme texture et ça s’étale tellement plus facilement.


Côté mise en œuvre, c’est très simple mais demande une petite heure avec les temps de refroidissement.

Elle peut se faire avec le beurre de karité seul, ou on peut ajouter 1 ou 2 huiles végétales qui apporteront des vertus supplémentaires. Ma recette a moi :


Faire fondre 25g de beurre de karité au bain-marie avec 12g d’huile de moringa et 12g d’huile d’amande douce.

Laisser refroidir le mélange 1/2heure.

Ajouter quelques gouttes de cosgard (encore une fois pour conserver la crème plus longtemps) et mélanger.

Mettre au congélateur 20minutes.

Fouetter la crème au batteur jusqu’à la consistance de chantilly et mettre en pot.


J’adooooooore la texture. J’ai généralement 2pots. Je garde le 2ème au réfrigérateur le temps de finir le premier. Elle est parfaite pour le visage, mais aussi pour le corps.


Photo: beurre de karité pur et chantilly de karité dans des pots de tailles diverses


Pour celles qui n’ont pas envie de DIY. On trouve des pains de crème hydratante en vrac. Comme Avant en propose une par exemple, mais ce n’est pas le seul. Lamazuna, Pachamamaï, Umaï, Les Petits Prodiges en proposent également.

Cozie en propose sous forme de crème en petits pots.

A vous de voir en fonction de votre type de peau, du contenant et de la facilité à les trouver (et aussi le prix, on ne va pas se le cacher).


En résumé :

Alternatives à la crème hydratante :

- Beurre de karité

- Beurre de cacao

- Crème solide

- Crème en vrac type Cozie

- Crème DIY simple


Les alternatives zéro déchet des cosmétiques: pour compléter


Pour moi, vous avez fait le tour de mes produits cosmétiques courants. Pas de gel intime, pas de crème spéciale-ci, spéciale-ça. Il y a cependant quelques accessoires dans la salle de bain qui méritent notre attention et qui pourrait être améliorés en version zéro déchet.


Les rasoirs :

Je n’en utilise plus très souvent. J’avais une telle provision de rasoir jetable Bi*** que je pense que j’en aurais jusqu’à la fin de ma vie pour les « retouches de dernières minutes ». Mais pour celles qui sont accro, peut-être opter pour un rasoir de sécurité où seules les lames sont à changer. Ça revient à la mode – si on peut parler de mode – et plusieurs marques les proposent. Attention tout de même, c’est un coup de main à prendre pour éviter les coupures.

Ça peut être également utile pour monsieur qui pourra le combiner à un savon à barbe solide qu’on trouve facilement en épicerie vrac et même magasin bio.


Pour celles qui se demandent si le rasoir est la bonne solution pour l’épilation : je ne suis pas à votre place.

J’ai utilisé pendant des années mon épilateur électrique Satin’ice de Philips sur jambe entière et maillot. Me restait le rasoir pour les aisselles. Aujourd’hui, j’avoue que mon moment plaisir, c’est d’aller en institut pour faire une épilation à la cire 1 fois par mois. C’est mon kiff du moment et ce n’est pas forcément ZD, je l’avoue sans honte.


Je n’ai pas essayé la cire maison et je n’essayerai pas. Logistiquement, dans ma maison, ça ne le fait pas et j’aurais trop peur de me brûler ou de faire des catastrophes.

Mon épilateur est toujours là, opérationnel pour quand je n’aurais plus de sous pour l’institut ou plus de temps, d’envie... J’espère juste oublier définitivement le rasoir pour les aisselles, car il n’y a pas photo entre la cire et le rasoir...

Pour celles qui ont opté pour l’épilation définitive, sachez que moi je suis dans les 1 ou 2% de la population qui a les poils roux... les seuls sur lesquels ça ne marche pas.


Les cotons à démaquiller :

Ça a été mon premier changement officiel dans ma démarche zd. J’ai créé les lingettes lavables et puis après, je me suis rendu compte que ça existait déjà...

J’ai répondu toute seule à mon problème et j’en suis super fière. Du coup, aujourd’hui, je vous propose mes solutions via l’e-shop.


Lingettes lavables en éponge de bambou, en micro-éponge de bambou (plus ras) ... Lingettes lavables par lot de 4, en panier, en distributeur... Lingettes lavables en 8,5cmX 8,5cm ou 15cmX15cm...


Photo: un panier de lingettes lavables... en vente sur le site!


Vous avez le choix, donc plus d’excuses !


La brosse à cheveux :

J’ai la même depuis l’adolescence. C’est une Baby*** toute simple en plastique avec des picots plastiques.

Je l’ai même en double car j’ai sa soeur dans le sac de sport.


Autrement dit, comme le déodorant, je ne suis pas prête d’en changer tant que ça dure.

Mais pour celles qui ne sont pas équipées ou qui se demandent quoi prendre, il n’existe plus qu’un artisan brossier en France et chaque brosse, chez eux, devient un objet de collection.

Ça a été un des cadeaux de ma fille pour son anniversaire car sa brosse en plastique s’est cassée en tombant (et oui, faut le faire !)


Il y a 2 marques : Altesse et Isinis qui sont la même maison, mais pas avec les mêmes niveaux de finitions. L’un à la main, l’autre plus industriel... mais de grande qualité.

https://www.brosserie-altesse-isinis.com


Vous avez des manches en bois ou pas, des poils de sanglier ou des versions Vegan... des tailles et des formes différentes...

Bref, de beaux objets de tous les jours et très utiles. Il faut regarder sur le site pour voir les points de vente, sinon, il y a toujours possibilité de commander en ligne.


Photo: ma brosse et celle de ma fille: je suis jalouse!


Et oui, ils font aussi les peignes, peignes à barbe et nécessaires de rasage.


Les bains moussants :

Pour les fans inconditionnels de bains, le bain moussant est un must. Personnellement, même si j’aime bien un bain de temps en temps, je n’en éprouve pas le besoin absolu, mais si d’aventure vous souhaitiez parfumer votre eau, il y a des recettes de bombes à bain DIY très faciles à faire.

Je pense même que – pour les plus de 15ans – mettre quelques gouttes d’huiles essentielles peut être aussi efficace. Vous n’aurez certes pas de mousse, mais au moins la bonne odeur et des effets variés suivant l’huile utilisée.


Quid du maquillage ?

Comme dit plus haut, je ne suis pas une grande consommatrice de maquillage. Du fond de teint, du correcteur anticerne et de la poudre finish. C’est tout ce que j’accepte de mettre et pourtant, il me reste des collections de fards à paupières, fards à joue, mascaras et crayons...

Je n’ai juste plus envie.


Je pense qu’un post entier pourrait être rédigé sur le sujet. Peut-être que ça viendra un jour. En attendant, je vous donne mes deux marques bio et ZD : Couleurs Caramel et Zao, qui a l’avantage d’être rechargeable.

C’est clair que les budgets ne sont pas donnés à tout le monde par contre...


Les coton-tige

Les solutions alternatives aux coton-tige existent. L’oriculi ou le coton-tige lavable en silicone sont 2 possibilités zéro déchet.

J’ai pour ma part testé les 2, et aucun ne me convient.

Comme beaucoup, je fais l’erreur de m’ « essuyer » l’intérieur de l’oreille avec le coton-tige. S’il y a des docteurs parmi vous, je vous vois d’ici me dire « ah non ! pas encore... c’est tellement mauvais ! »... Je sais, je sais... mais vraiment je n’y arrive pas.

J’essaye de réduire ma consommation, de ne les utiliser qu’après mes shampooings, mais franchement, c’est tellement bon... Au moins, je les choisis bio et biodégradables, mais j'ai de sérieux doutes sur leur destination finale...


Photo: coton-tige, oriculi et coton-tige lavable en silicone


Mon conseil ? Si vous êtes comme moi, n’apprenez pas ce geste à vos enfants, quitte à faire partie de la team « faites ce que je dis, pas ce que je fais ». C’est une mauvaise habitude qui est trèèèèèès dure à perdre et le mieux c’est encore de ne pas la prendre dès le départ.


Un petit dernier pour la route :

Allez, parce que je me sens d’humeur généreuse, je vous partage une dernière recette en mode DIY parce qu’en plus elle est de saison : le baume à lèvre hydratant.


Faire fondre au bain-marie 0,5g de cire d’abeille, 2g de beurre de karité et 2g d’huile d’amande douce.

Hors du feu, ajouter 4 gouttes de vitamine E (conservateur) et mélanger.

Transférer tout de suite dans un petit pot.


Photo: le pot de baume version sac à main et celui version familial


Il suffit de passer cette pommade sur les lèvres gercées ou en prévention l’hiver avec le bout du doigt.

************


Mon petit tour des cosmétiques s’achève. J’espère qu’il vous a plu et qu’il vous donne plein d’idées – si vous ne les avez pas déjà eu – pour remplacer vos produits par du plus sain, du plus simple en générant moins de déchets.


J’ai sûrement oublié des produits car ils ne font pas partie de mes routines quotidiennes. Si c’est le cas, notez-le en commentaires ou parlez-moi de vos solutions qu’elles soient ajoutées à cet article.


Si vous avez des recettes toutes simples avec des ingrédients qu’on trouve facilement, partagez-les aussi. Comme dit en introduction, MES solutions ne sont pas forcément VOS solutions et je ne connais sûrement pas toutes les alternatives. On en découvre en fait tous les jours !


Je vous laisse ici et maintenant en vous donnant rendez-vous pour le prochain article.


A très bientôt.