Des Alternatives Zéro Déchet aux Cosmétiques Traditionnels

Bonjour à toutes et à tous !!


Ravie de vous retrouver pour vous parler d’un sujet cher aux « zdistes » : les cosmétiques !!!


En effet, lorsque l’on commence à amorcer des changements dans sa vie vers des habitudes plus écoresponsables, la question des cosmétiques se pose assez tôt. Pour certains, c’est même le déclencheur de la démarche.


Naissance de bébé, problème de réactions cutanées, peaux atopiques, crises d’eczéma... autant de sujets qui peuvent amener à réfléchir sur notre consommation de cosmétiques et lorsqu’on cherche à savoir ce qu’on se met exactement sur le corps, le visage ou dans la bouche, il faut bien s’accrocher ou être devin pour comprendre les listes d’ingrédients et leurs potentiels allergènes...


Bref, pas facile de s’y retrouver !!


Faire ses propres produits cosmétiques ou les acheter ?


Pour ma part, j’ai une peau très réactive. Après une séance chez l’allergologue, il s’avère que je suis « allergique à rien, mais réactive à tout » ! Une situation formidable qui me compliquait énormément la tâche pour le choix de mes produits.

Impossible pour moi par exemple de mettre du parfum à même la peau. En fait, il s’est avéré que c’était vrai pour tout produit contenant de l’alcool, autant dire la plupart des déodorants à une certaine époque, mais aussi pas mal de soins pour le visage.

De plus, ma peau atopique n’a jamais trop aimé l’utilisation intensive de certains gels douches qui asséchaient ma peau et me créaient des démangeaisons... Autant dire qu’avant même d’être sur le chemin du zéro déchet, je ne prenais pas n’importe quoi et bien souvent je me suis rabattue vers des produits assez chers en pharmacie.


Finalement, mes besoins en cosmétiques n’ont pas entrainé ma démarche ZD, mais c’est en commençant cette transition que je me suis aperçue que je pouvais revenir à des basiques avec des produits simples et sains.


Même si j’apprécie la plupart des activités de DIY, j’avoue que je ne prends pas toujours le temps de préparer moi-même tous mes cosmétiques. Et puis, ce qui me gêne avec beaucoup de recettes que l’on peut trouver sur le Net, c’est la liste d’ingrédients très spécifiques qu’on ne trouve pas en vrac à côté de chez soi.

Faire ses produits maison en achetant plein de produits en bouteille ou en sachet plastique sur Internet ? Je trouve ça un peu contre-productif... mais j’ai quand même quelques recettes très simples que je partagerai plus loin.


Alors quels sont mes choix finalement ?


Eh bien, j’ai testé pas mal de marques dites zéro déchet avec des fois des succès, et d’autres fois des désillusions. Je vais en citer quelques-unes que j’ai testées, mais avant, je voulais que vous sachiez que si cette solution ne m’a pas convenue, ça ne remet pas en question la composition des produits, ni leur impact positif. Les cosmétiques, c’est très personnel et leur appréciation ou non dépend de plein de facteurs.

De plus, je ne touche aucune commission sur leurs ventes et ne les sponsorise pas. C’est juste que ce sont des solutions sur lesquelles je suis tombée, que j’ai (ou pas) testées, et qui méritent d’être partagées.

N’hésitez pas, si vous aussi vous avez essayé ces produits, à me dire si et pourquoi vous les avez aimés ?


Les alternatives zéro déchet des cosmétiques: autour de la baignoire


Alternatives aux gels douches :


Alors je ne vous apprendrai certainement rien si je vous dis que rien ne vaut un bon savon !

Mais encore faut-il bien le choisir !

Personnellement, c’est en visitant une savonnerie artisanale dans le Sud de la France que je me suis décidée à troquer mes bouteilles de gel douche (sans savon, spécial peau atopique !) pour un pain de savon de Marseille. Le vrai !

Passé la surprise du parfum très typique, je me suis dit pourquoi pas ? et j’avoue que finalement, c’est une solution super économique qui me convient bien...


J’ai opté pour le Marius Fabre car la savonnerie est facile d’accès pour moi qui n’habite pas très loin, et je fais mon plein 1 fois par an pour pouvoir gérer la lessive, le produit vaisselle et le savon... tout ça avec un seul et même produit.


Il m’arrive parfois de tomber sur des savonniers locaux qui sont très transparents sur la composition de leurs produits, surtout lorsque je suis en vacances ou dans des salons bien-être. Je me laisse alors tenter par les savons spéciaux pour les peaux sèches et « à problème ». Jusque-là, je n’ai pas été déçue et ma peau n’a jamais « mal réagi». Je dois être chanceuse... par contre, je choisis toujours ceux sans parfum, car maintenant, les fortes odeurs dans les cosmétiques m’incommodent énormément.

Parmi les marques essayées et validées, il y a le savon Comme Avant et Louise Emoi. Plusieurs personnes m’ont également offert des savons artisanaux qu’ils connaissaient, et j’ai eu d’agréables surprises.



Photo: différents type de savons


J’avoue par contre que je suis la seule de la famille à avoir adopté le savon en pain. Mes enfants n’aiment pas le manipuler, alors plutôt que de leur imposer dans les cris et les pleurs, j’ai opté pour une solution intermédiaire. Je remplis mon vieux flacon pompe avec un gel douche Bio au magasin de vrac en bas de chez moi. Vu le temps que dure la bouteille, je devrais sûrement me pencher sur la régularité du lavage de mes enfants...


Photo: gel douche en vrac dans son flacon de transport et dans un flacon pompe de récupération


En résumé :

Alternatives au gel douche :

- Pain de savon

- Gel douche en vrac


Alternatives aux shampooings :


J’aimerais me mettre au no poo, mais j’ai encore des barrières psychologiques à passer. Pour avoir vu des posts d’adeptes sur les RS et discuté avec une fille qui était dans cette démarche depuis plusieurs années avec une chevelure magnifique, j’avoue qu’il faudra bien que je tente un jour... en attendant, je suis au shampooing solide !


Là encore, plein de marques possibles, mais il est vrai qu’il faut quelques semaines pour que vos cheveux s’adaptent et tous les shampooings ne conviennent pas à tout le monde. Il faut parfois en tester plusieurs.

Pour ma part, j’ai assez vite trouvé MON shampooing solide. C’est le Pachamamaï pour les cheveux normaux. J’aime l’odeur très discrète, la forme qui me permet d’aller jusqu’au bout sans en perdre, la mousse en quantité suffisante qu’il produit et mes cheveux ne sont ni plus secs, ni plus gras...

Par contre, je continue de faire des shampooings tous les 3 jours. Impossible pour moi d’aller en dessous sans avoir la tête qui me gratte (ce qui était déjà le cas avec les shampooings liquides).


J’avais testé d’autres marques : Lamazuna – je n’arrive pas à prendre le shampooing bien en main et je n’aime pas les cosmétiques qui imitent des confiseries – et une autre marque trouvée en magasin bio où les shampooing ont une forme de doonut emballés avec du plastique (et la forme doonut fait que le shampooing se casse facilement). Ce n’était pas forcément un succès pour moi, mais pourquoi pas ? J’ai même vu que certaines marques de shampooings de la grande distribution s’y était mis. Je n’ai pas eu le temps de regarder les compositions, alors, c’est à prendre avec prudence...


Photo: quelques shampooings solides de différentes marques


Une petite astuce pour utiliser les shampooing et savon jusqu’au bout. Souvent, c’est compliqué d’utiliser les petites chutes. Vous pouvez alors utiliser un vieux bas ou collant. Vous mettez toutes vos chutes dedans, et vous appliquez tel quel.

Il existe aussi des petites pochettes spéciales « chutes » – on m’en a offert une pour mon anniversaire – très jolies et pratiques pour aller jusqu’au « bout du bout » des savons et shampooings solides.


Encore une fois, mes enfants font de la résistance avec le shampooing solide. Il faut dire que ma fille a des cheveux à la Raiponce et qu’à 14 ans, on préfère que « ça aille vite ».

Alors même chose que pour le gel douche, j’achète en vrac du shampooing liquide certifié Bio (et qui est local en plus!). J’utilise 2 contenants trouvés à l’épicerie pour pouvoir recharger avant que le premier ne soit vide. On peut bien évidemment réutiliser des anciennes bouteilles de shampooing pour les remplir avec du vrac.


Photo: nos deux bouteilles de shampooing bio en vrac


Une solution que je n’ai jamais envisagée, mais qui existe cependant ce sont les shampooings secs. J’ai vu passer pas mal de recettes très simples à base de maïzena notamment. Je ne donnerai aucun avis car je n’ai pas testé. Et vous ? des retours ?


En résumé :

Alternatives au shampooing :

- No poo pour les plus courageux

- Shampooing solide

- Shampooing sec

- Shampooing en vrac



Alternatives à l’après shampooing


Alors là, ce n’est en aucun cas une obligation. Personnellement, je n’en utilise pas car je n’en ai pas besoin. À la maison, seule ma fille a besoin d’un produit démêlant pour ne pas avoir à se battre avec sa brosse après son shampooing.


J’avoue que je pêche un peu...

Je n’ai pas d’après-shampooing en vrac à ma boutique et mademoiselle n’est pas tentée par mes solutions alternatives... car oui ! il en existe bien quelques-unes.


Le vinaigre de cidre par exemple. Utilisé au rinçage après le shampooing, il ne laisserait aucune odeur et rendrait les cheveux plus brillants.

J’ai également vu passer des recettes à base d’avoine. Très simple car il suffirait de mélanger de l’avoine et de l’eau, de faire chauffer pour obtenir une sorte de crème qui agit comme un après-shampooing.

Je l’ai proposé à ma fille, mais vue sa tête, j’ai finalement renoncé... Elle n’est pas très joueuse.


Pour elle, je reste sur un après-shampooing classique de supermarché pas trop mal noté sur Yuka. Elle n’en met pas à chaque fois et donc ne fait pas une consommation excessive, mais bon... j’ai encore du boulot pour la convaincre d’essayer autre chose.


Il existe aussi des après-shampooings solides, sur le même principe que le shampooing solide. Quelques marques sont disponibles chez mon épicier.

Sinon, sur un salon du vrac, j’ai rencontré les commerciaux de La Savonnerie du Nouveau Monde. Ils proposent des soins – pas forcément à but démêlant – qui se présentent sous la forme d’un cube à mélanger avec de l’eau. Ça s’appelle Cocoriz et, comme son nom l’indique, c’est à base de poudre de riz...

J’en ai 2 pour tester. Un pour moi, un pour ma fille... Promis, je vous dirai si c’est bien.


Photo: l'après-shampooing traditionnel et le soin Cocoriz


En résumé :

Alternatives à l’après-shampooing

- Après-shampooing solide

- Vinaigre de cidre